Manoir de la Fiole

Forum en lien avec le jeu en Ligne les Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Idril
La Petite Fiole
avatar

Messages : 1601
Date d'inscription : 20/01/2011
Age : 22

MessageSujet: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mer 19 Oct 2011 - 12:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Beren Hartasn de la Fiole Ebrêchée avait reçu un pli fort intriguant de son Tuteur, Sa Grandeur Goclad Von Dumb, Comte de Morez et de Morteau, Vicomte de Villersexel.

Aussitôt après avoir vu le rapace dudit grand homme de l'Empire se poser près de lui et après avoir bataillé de longues minutes avec sa peur de se faire pincer/griffer/malmener par l'oiseau de proie, le jeune Fiole âgé de seize ans avait pu prendre connaissance de la missive envoyée, et s'était attelé à y répondre avec application. Son propre message enfin accrochée à la patte de l'animal, avec pertes et fracas digitaux pour Beren, ce dernier avait pris la route direction le Manoir de la Fiole.


Un
"Idyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy, Fyfyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy, on va chez le parrain de Maman!" et quelques préparatifs plus tard, le convoi avait pris la route des terres de leur hôte, le cahot des chemins ayant eu le bon heur de couvrir les jérémiades de Beren, les moqueries d'Elfry, et les remises à l'ordre de l'aînée des deux querelleurs. Prosper, puni, était quant à lui resté à la maison, dans sa chambre, malgré les protestations de Beren ; après tout, ce n'était pas sa faute, à son petit frère, c'était un accident !

Parvenus enfin aux grilles du château de Villersexel, au terme d'un trajet familial somme toute éprouvant, Beren mit pied à terre pour tendre galamment la main à la chef de famille. Après une longue hésitation sur le côté judicieux ou non de refermer la porte au nez du dragon enfant, Elfry se tenait près d'eux, devant la carriole.

Le trio était quelque peu hétéroclite. Si les jumeaux représentaient un duo exactement opposé - Idril étant petite, brune et bien en chair, quand Beren était miel, grand et fin -, la petite Elfry était parfaitement bien installée dans son rôle de tornade rousse et malicieuse.

La seule Fiole masculine présente se dirigea donc vers un garde, et s'adressa poliment à lui :


- Le bonjour à vous. Pourriez-vous faire connaître à Sa Grandeur l'arrivée au domaine de ses pupilles de la Fiole, à savoir Idril de la Fiole Ebrêchée de Sparte ainsi que Beren et Elfry de la Fiole Ebrêchée, je vous prie ?

Patience est mère de sûreté, aussi, c'est dans une attente tranquille et un sourire tendre que le Nez Ebrêché rejoint ses deux soeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idril
La Petite Fiole
avatar

Messages : 1601
Date d'inscription : 20/01/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mer 19 Oct 2011 - 12:28

[ Manoir de la Fiole, bureau privé de la Petite Fiole]

Encrier ouvert, tas de parchemins à porté de main, échantillons de tissus divers et variés, plume da la mimine, La Petite Fiole était concentré sur le croquis de sa futur robe quand soudain

"Idyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy, Fyfyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy, on va chez le parrain de Maman!"

Et une rature, une!

Ouvrant déjà la bouche pour houspiller son jumeau peu discret, les mots de celui-ci finir d'atteindre le cerveau en surchauffe de la brune qui referma son clapet sans dire un mot... Mais un sourire ornait les lèvres de la rondelette Fiole.
Contrairement à son double masculin, elle connaissait la raison de la visite chez leur tuteur, et avait promis de tenir sa langue... Dû moins pour Beren hein...

J'arriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiive !!

Laissant son bureau tel que, Idril prit juste soins de bien le fermer à clé et fila se changer avant de rejoindre Beren dans le hall.

Un regard noir vers son frère qui tentait encore de faire lever la punition de Prosper, un lapidaire "
Il a fait une bêtise, il assume" une Elfry enfin dans les parages et la brune entraina tout le monde dans la carriole, direction les terres de Villersexel.

Le trajet se fit bien entendu au son des chamailleries entre Elfry et Beren et des réprimandes de l'ainée.

Une fois arrivée, Beren les fit annoncer.
Le temps qu'il était devant le garde, il ne pu voir le regard complice qu'échangèrent ses soeurs.
Comme souvent, le premier concerné par quelque chose était le dernier au courant, et cette règle ne faisait pas exception ce jour devant les grilles de Villersexel.



* === * === * === * === * === * === * === * === * === * === * === *

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Anselme a écrit:
Devant les grilles

Ansèlme surveillait la route qui menait au Château, le Maitre des lieux avait transmis des ordres précis, aucune entrée autorisée si le nom ne figure pas sur la liste.
Des bruits de sabots frappant le sol se fit entendre au loin, un carrosse avec un étendard bien dressé se dirigeait vers le pont-levis.

S'armant de son épée, le garde quitta son poste de garde pour barrer la route et leva la main pour faire signe de ne pas s'approcher plus près avant de voir un jeune garçon descendre de la carriole.


- Le bonjour à vous. Pourriez-vous faire connaître à Sa Grandeur l'arrivée au domaine de ses pupilles de la Fiole, à savoir Idril de la Fiole Ebrêchée de Sparte ainsi que Beren et Elfry de la Fiole Ebrêchée, je vous prie ?

Il regarda sur son parchemin si leurs noms y figurait avant de répondre d'une voix calme.

Vous pouvez entrer cependant avant de franchir les grilles, merci de me remettre toutes vos armes que vous récupérerez lors de la fin de votre visite.
Ce sont les consignes de sa Grandeur. Si vous n'en possédez aucune, vous pouvez y aller. Il vous attend dans son bureau.


Le Chef de garde se retourna et poussa un cri puissant qui perturbait la tranquillité du Domaine.

Ouvrez les grilles!!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idril
La Petite Fiole
avatar

Messages : 1601
Date d'inscription : 20/01/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Sam 22 Oct 2011 - 0:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Goclad a écrit:
Le feu dans la cheminée crépitait sous les braises rouges vives, le temps s'était rafraichit depuis quelques semaines, l'automne avait chassé l'été et le magnifique soleil pour la pluie et un vent presque hivernal. Goclad était assis sur un siège en velours, un verre de whisky posé sur le bureau juste à côté d'un tas de parchemin qui représentait toutes les missives reçus en réponse au commerce de produit luxueux.
Petit à petit, un programme prenait forme, un voyage avec son épouse se préparait tranquillement bien qu'une chose l'inquiétait, comment voyager avec une femme enceinte de 8 mois?
Tout ceci lui paraissait totalement impossible et inconscient, c'est pourquoi le Dumb attendait patiemment l'accouchement pour pouvoir ensuite, envisager un départ vers le Royaume Anglophone.

Néanmoins, tout ceci laissait un laps de temps pour s'occuper d'une autre affaire, le cas Beren de la Fiole Ébréché. Le fils de sa défunte filleule Pégasine qui lui avait confiée avant de mourir, la garde de ses enfants. Idril, malgré son jeune âge impressionnait fortement Clad par une maturité incroyable, responsable, organisée, elle s'impliquait dans son travail à l'Hérauderie, s'occupait de ses frères et sœurs dans son domaine.
Bien qu'il se fasse discret à leurs côtés, le Comte surveillait chacun d'entre eux afin que rien ne leur arrive.

Elfry était encore bien jeune pour envisager quoique ce soit pour son avenir mais Beren lui, il était en âge pour devenir un homme, pour le côté responsable, il espérait que le garçon n'ait pas trop hérité du père au niveau des expériences scientifique, genre faire sauter un laboratoire, pas très responsable mais Hartasn en était capable.
Villersexel avait beau se trouvé loin de la Champagne, le Dumb avait eu vent du voyage de la Fiole bien que le motif en restait un secret pour lui.
C'est quelques jours après son retour de Lyon que Goclad décida d'écrire pour la première fois au scientifique avec une surprise à la clé. Une lettre simple mais mystérieuse pour faire mijoter le jeune homme, elle ne dévoilait rien sauf le mot "avenir". Seul sa soeur Idril était au courant des projets que le maitre des lieux lui réservait, il ne restait plus qu'à attendre que la famille débarque pour commencer cette discussion des plus sérieuses.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


* === * === * === * === * === * === * === * === * === * === * === *

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Les grilles avaient donc été passées, la seule arme que possédait Beren, à savoir la dague que Tantine Saramarinette lui avait offert à l’occasion de son seizième anniversaire, confiée au garde à la voix dure, et le chemin menant vers la bâtisse, emprunté.

La propriété était impressionnante de la puissance qu’elle dégageait ; les jardins comme le bâtiment principal transpiraient la méticulosité, le soin et l’ordre certainement prônés par le maître et la maîtresse des lieux.

Beren fut peu à peu gagné par l’appréhension. Eut-il pu l’ordonner qu’il aurait fait ralentir la carriole au point de la faire reculer, doucement, pour retourner aux grilles d’abord, récupérer le présent de Tantine, et puis, aller se cacher dans le laboratoire de son père, qu’il avait rénové. Ou bien repartir en voyage. Oui, là, étrangement, les quarante-cinq jours de blessure en Champagne lui apparaissaient moins effrayants qu’une entrevue avec son Tuteur, quand la missive qu’il avait reçue l’avait intrigué au plus au point. Avait-il fait une bêtise ? Non, pas à sa connaissance, mais qui sait ? Peut-être sans s’en rendre compte ? Et alors le Comte lui dirait comme il n’était pas digne de sa tendre maman, et…
Les larmes montaient maintenant, et la supplique de s’extirper d’entre ses lèvres :


- Idy… Je ne me sens pas très bien… Je suis peut-être souffrant ? Il ne faudrait alors pas contaminer Sa Grandeur ?

Bon, ça, ça n’avait pas l’air de fonctionner vraiment… Et la carriole qui se rapprochait de la bâtisse, inexorablement, l’emmenant vers son destin, son « avenir » comme l’avait écrit Goclad. Bientôt, le souffle se fit plus court, les joues se colorèrent, et le jeune Fiole de regarder son aînée, tentant le tout pour le tout, à savoir le regard d’écureuil trempé par la pluie, celui qui la faisait fondre à coup sûr :

- Idy… Viens, on rentre à la maison…. Je crois que j’ai oublié d’éteindre le feu sous un ballon à fond plat… Idy… S’il-te-plaît ?

Alors là, si ça ne lui arrachait pas le cœur, il ne pouvait plus rien faire…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idril
La Petite Fiole
avatar

Messages : 1601
Date d'inscription : 20/01/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Sam 22 Oct 2011 - 0:04

Beren avait fait sa dernière supplique au moment ou la carriole s'arrêtait.
La brune lui adressa un sourire attendrit... et lui attrapa le bras pour le faire sortir de la carriole, attendit qu'Elfry descende aussi et, sans lâcher son frère, se dirigea vers le bureau de son parrain.

Oh ce n'est pas qu'elle savait ou ledit bureau se trouvait, c'est juste qu'elle suivait un valet leur montrant le chemin.
Valet qui frappa à une porte et quand il en reçu le signal l'ouvrit et s'effaça pour laisser passer trois des pupilles du Comte.
Idril se demanda si Goclad allait se souvenir qu'il avait quatre pupilles et non trois, mais choisit de ne pas parler de Prosper, sinon Beren lui ferait encore son air de jumeau-le-plus-malheureux-du-monde.

Une fois dans la pièce, face à leur tuteur, Idril attendit que la porte soit bien refermé pour lâcher le bras de son frère. Sûre qu'il allait garder la marque quelques jours, entre elle qui avait tirer le blondinet dans un sens et ledit blondinet qui avait tirer dans le sens opposé tout le long des couloirs.

Regard vers Elfry qui était étonnamment sage... serait-elle malade ?... et sourire au Comte.


Parrain Clad, vous vouliez vous entretenir avec Beren, le voici.

Elle avait répété cette phrase dans sa tête tout le long du trajet entre Pontarlier et Villersexel, ne voulant pas commettre d'impaire. Ils étaient tous les trois là pour une raison officielle après tout, un " Salut Clad ça va ? " aurait détonné et pas sûre que cela aurait mit son jumeau plus à l'aise.

En parlant de jumeau, elle lui administra une tape dans le dos... le faisant avancer de quelques pas vers le bureau.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 23 Oct 2011 - 1:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
La traîtrise ne connaît pas les liens du sang. C'est à peu près ce que Beren s'était quant à lui répété au fur et à mesure du chemin qui l'avait conduit à l'intérieur du bâtiment. Sa soeur, bien loin d'avoir cédé à son regard pitoyable, l'avait on ne sait comment extirpé de la carriole - peut-être avait elle profité de ce qu'il était penaud pour le prendre par surprise, qui sait ? -, et ne lâchait pas prise, malgré tous les efforts, tout-de-même discrets, pour se dégager de son emprise.

Il aurait tout donné pour pouvoir ôter son bras de son étreinte et s'enfuir à toutes jambes vers le domaine familial, mais qu'auraient dit Maman et Papa ? Ils auraient été atterrés, choqués de son comportement, aussi Beren ne tenta pas de s'enfuir. Tout au plus tenta-t-il de reculer un peu, et de s'arrêter devant plusieurs statues, armures, et autres éléments de décorations ornant les couloirs, lâchant un "oooh, c'est du bronze?"à la volée, ou bien encore
"quel formidable coup de pinceau !" devant une toile. Il resta presque dubitatif devant un paysage qui lui donnait simplement l'envie de traverser la toile pour s'y engouffrer à toutes jambes et filer vers l'horizon, loin de cette confrontation à venir. Alors quoi, c'est vrai, il était innocent! Il avait toutes les peines du monde à imaginer la raison d'une pareille convocation, et son esprit turbinait à plein régime à ces considérations.

Et ce qui devait arriver arriva, ils parvinrent devant les portes massives du bureau. Le jeune Fiole aux cheveux de miel ferma les yeux, espérant que cela, peut-être, l'aiderait à disparaître, mais force fut de constater que le stratagème ne fonctionnait pas, comme les portes s'ouvraient bientôt devant le petit groupe formé. Le fils aîné de Pégasine et Hartasn se raidit, traînant des quatre fers pour ne pas entrer, mais un mouvement de sa chef de famille le força à bouger, et, après qu'elle eut pris la parole, le fit faire quelques pas en avant. Coincé, acculé, Beren s'inclina poliment et ouvrit enfin la bouche, d'une voix mal assurée :


- Le bonjour à vous, Votre Grandeur. Me voici devant vous, humble pupille ; Beren Hartasn de la Fiole Ebrêchée, pour vous servir.

Advienne que pourrait.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 23 Oct 2011 - 1:32

Une lettre de sa soeur arrivée à Hiibou avait prévenu Elfry qu'elle devrait "se faire belle"... Facile ! Elle l'était naturellement ! Du moins c'est ce que tous les membres de sa famille répétaient sans cesse en parlant de la cadette des fioles.
Pour aller rendre visite à leur tuteur, Tonton Clad ! Chouette alors ! Non seulement elle allait pouvoir quitter la sombre institution pas chouette du tout et la barbarie des cours de broderie ! Mais en plus pour aller visiter un château !

Didil avait parlé d'une surprise pour Beren ! Quelques regards suppliants, la promesse de garder le secret pour elle, quelques marques de tendresse et la menace de bouderies avaient convaincu la grande soeur de tout révéler à la malicieuse cadette !
Aussi Elfry possédait LE secret que son frère brulait de connaître, tel le feu sous ses fioles !

Inutile de dire que les jours qui ont précédé le voyage, la petiote lança maintes étincelles pour attiser le volcan d'angoisses de son frère !
Des piques dans le genre "subtil" et contradictoire, loin de Didil de préférence :

"Moi je sais et pas toi !!"
"A ta place, j'irais me cacher au fond des bois !"
"Dis tu as fait un testament, tu me lègues quoi ? Je pourrais avoir tes notes d'alchimie ?"
"Je te le dirais bien mais j'ai promis, sur la tête de Cally en plus ! Mais ne t'inquiètes pas je te protégerai comme d'habitude ! Et Cally veille sur toi aussi !"


Et elle avait savouré grandement les réactions de Beren, ses poussées d'angoisse, ses suées froides, ses crises de paniques et sa maladresse qui atteignait désormais le titre de légendaire !

Le jour du voyage arriva... Elfry fut sage et quasiment muette pendant tout le trajet, ce qui ne pouvait manquer d'accentuer encore plus le malaise de son frère. Assistant au jeu entre sa soeur et son jumeau, elle avait estimé qu'il était inutile d'en rajouter. Il était à point !

Devant la grille, elle répondit au regard entendu de sa soeur, par un sourire tout penaud, espérant montrer à Beren qu'elle, la petiote, était aussi inquiète que lui ! Pour lui !

Une fois devant leur tuteur, Didil prit la parole, puis Beren. Comme il n'est guère dans les habitudes de la petite fêlée de jouer les décorations et rester en retrait. Elle s'annonça donc à sa manière, en sautant au cou de leur hôte et avec un tout guilleret et tonitruant :


"Tonton Clad !! Comme je suis contente de vous revoir !"

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Jeu 27 Oct 2011 - 23:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Goclad a écrit:
Plume d'oie dans la main, en pleine rédaction d'un dernier contrat fort juteux avec le Baden, le Vicomte de Villersexel prenait plaisir avec son épouse Lysiane à commercer avec le monde entier, aucune ville n'échappait à une lettre de celui-ci, les langues étrangères n'était en aucun cas un obstacle depuis qu'il prenait des cours de langue à l'Université Comtoise ou alors, un petit coup de pouce de son épouse qui savait manier la langue à la perfection et pas seulement celle pour parler. Une nouvelle voie pour lui après la politique municipale, Comtale ou Impériale avec l'avantage cette fois-ci de ne pas avoir de prise de tête dans des débats stériles; juste des négociations entre personnes courtoises et respectueuses.

Un serviteur vint frapper à sa porte pour l'informer de l'arrivée de visiteur et pas n'importe qui, des personnes dont il attendait impatiemment la visite pour à la fois prendre des nouvelles mais aussi pour une discussion des plus sérieuses. Un valet accompagna jusqu'au bureau les pupilles, c'est avec un grand sourire que le Comte de Morez et de Morteau se leva pour les accueillir dans son domaine. Ses yeux purent apercevoir trois silhouettes, Idril, Beren mais aussi la plus petite et surement la plus coquine des trois, Elfry.

Il les salua chaleureusement avant de voir un boulet de canon lui sauter dans les bras et hurler de joie les retrouvailles, un moment qui lui rappelait Lara quand elle était petite et surtout, plus gentille qu'aujourd'hui. Le Dumb déposa un doux baisé sur le front de la petite Fiole avant de répondre.


Hé bien, je ne savais pas que je faisais un tel effet, je suis aussi ravi de te revoir, de tous vous revoir. J'espère que vous avez fait bonne route.

Ses yeux se déposèrent sur le jeune homme en face de lui, tendu, mal à l'aise surement à cause de la lettre mystérieuse qui lui fut adressée.

Bonjour Beren et bienvenue à toi à Villersexel. Tu as bien changé depuis la dernière fois, je t'ai connu plus petit et si je t'avais croisé à l'extérieur, je ne suis pas sûr que je t'aurai reconnu.
Asseyez-vous tous je vous pris, nous allons parler.


Il montra de sa main les chaises en chêne autour d'une petite table en bois massif avant d'appeler Horas, le majordome de Château.

Apporte nous des collations, boissons chaudes et pâtisseries à nos invités qui ont surement faim et soif et trouve mon épouse également, sa présence est requise.

En compagnie de la petite rousse attachante blottit dans ses bras, le maitre des lieux vint s'installer près des jumeaux, gardant la petite dernière sur ses genoux, l’instinct paternel qui reprenait le dessus, après tout, un ou une Dumb naîtrai bientôt et ferait de Clad, un père pour la troisième fois. Se tournant vers Beren, l'air sérieux, le Von Dumb commença à parler pour détendre l’atmosphère tendu qui régnait dans la pièce.

Bien, en attendant mon épouse, Béren, j'aimerai en savoir un peu plus sur toi, de tes passe-temps à ton avenir, ce que tu envisage par la suite, nous avons tous choisis une voie, quel est la tienne?
En clair, parle moi de toi.



Dernière édition par Elfry le Ven 28 Oct 2011 - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Jeu 27 Oct 2011 - 23:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Le premier regard eut paradoxalement le pouvoir à la fois de lui glacer le sang et de lui faire monter le rouge aux joues. Ce dernier état ne dura pas, puisqu’il redevint blême bien vite ; non pas qu’il eut regretté cette absence de coloration de sa peau, bien au contraire, il aurait même voulu pouvoir disparaître, se fondre totalement dans une tapisserie et pouvoir sortir, discrètement, pour rejoindre le havre de paix que représentait, à ce moment précis, son laboratoire, ou la parfumerie.

Il faillit lever les yeux au ciel, exaspéré de l’attitude de sa petite sœur, qui, après l’avoir malmené ces derniers jours, le faisant enrager d’inquiétude, affichait dorénavant sa proximité avec son Tuteur, avec force effusion qui plus est, crucifiant son grand frère un peu plus au passage. Lui était resté en retrait, timide, réservé… Bon, d’accord... mort de peur, si vous voulez, et s’était contenté de salutations respectueusement formelles : avait-ce été une erreur ? A l’évidence oui, puisque Sa Grandeur semblait apprécier les démonstrations d’Elfry. C’était bien sa veine, lui qui était resté stoïque !

Il inspira profondément, brièvement soulagé par l’accueil chaleureux qui leur avait été réservé par le parrain de Môman, mais déglutit difficilement lorsque celui-ci s’adressa directement à lui. Le sol se dérobait sous ses pieds. Non, il aurait mieux valu que le sol se dérobe sous ses pieds, en fait… Mais non, même le plancher se la jouait traître du jour, et refusait de lui accorder cette faveur. Il n’osait pas bouger, même cligner des yeux lui semblait inopportun. Dire que le jeune Fiole était mal à l’aise était plus qu’en dessous de la réalité ; la syncope n’était pas loin. Il déglutit à nouveau et hocha la tête, incapable d’ouvrir la bouche dans un premier temps ; après tout, lui-même ne pouvait réaliser avoir changé, et la remarque du Comte n’attendait sûrement aucune réponse. Du moins l’espérait-il. Il se força à sourire doucement, adressa aux mots de bienvenue un remerciement lapidaire qui tint plus du grognement malhabile que des deux syllabes à proprement parler, et s’assit à l’invitation faite, après avoir poliment tiré une chaise à chacune de ses sœurs. Son acquiescement silencieux sembla d’abord suffire à son Tuteur, qui appela son domestique pour lui demander de ramener victuailles aux convives. Evidemment, manger semblait exclu à Beren, qui espérait bien ne pas avoir ni à ouvrir la bouche, ni à prendre la parole, mais plutôt à écouter ce qu’on avait à lui dire, puisqu’il avait été convoqué pour cela. Sauf que.

Sauf que oui, en plus, il fallait que l’épouse de Goclad soit présente : la présence de celle-ci s'avérant nécessaire, l’affaire avait donc forcément son importance, et Beren de dépasser largement le trente-sixième dessous, pour atteindre ce qui devait être les abysses de… de quoi, d’ailleurs ? On se le demande.

Qui plus est, Goclad poursuivait en s’adressant une nouvelle fois directement à lui. Pourquoi lui, d’abord ? C’était Idy la chef de famille ! Lui, il n’était que le second, celui qui se maintenait dans l’ombre et vivait cela très bien, laissant les honneurs et les difficultés, il en était conscient, de la représentation des Fioles à l’extérieur de la sphère familiale à sa soeur aînée. Oh, bien sûr, il tentait de la ménager au maximum, et de ne jamais faire honte à la famille, mais enfin, les relations publiques, c’était Idy, hein, pas lui. Le jumeau, c'était le silencieux, le réservé, un peu ermite sur les bords, parfois - dès lors que ses comparses et que l'alcool lui étaient éloignés, je vous l'accorde.

Il ouvrit la bouche, dont aucun son ne sortit de prime abord. Faisant un effort surhumain, il toussota afin de chasser le timbre trop aigu qu’avait dans un premier temps pris sa voix, et parvint à parler d’une voix normale, quoiqu’un peu chevrotante, sans doute :


- Parler de moi ? Oh, il n’y a pas grand-chose à dire, Votre Grandeur. Je lis beaucoup, je… euh… mène des expériences scientifiques, souvent sur la base des notes qu’aura produites feu mon Père, mais je préfère l’astronomie.

Idril avait raison, parler de science dénouait toujours la langue de Beren, qui y gagnait toujours en assurance, et cette fois-ci ne manqua pas à l’appel :

- Voyez-vous, je trouve dans l’observation des astres et des étoiles une richesse incroyable de science et de nouveaux savoirs. Ceux-là nous renseignent sur bien des éléments de notre quotidien, du berger qui veut mener son troupeau à bon port aux femmes grosses qui attendent la Nouvelle Lune pour mettre au monde leur tout-petit. D’ailleurs, lors de mes différents voyages – expériences ô combien enrichissantes pour moi -, j’ai pu amasser nombre de parchemins venus d’Orient, et j’avoue qu’à la lumière de ces théories inédites, un monde nouveau s’est ouvert sur moi. Je suis également Nez, et manipule des fragrances, que j’offre, le cas échéant, à mes proches, à mes amies, ou à ceux et celles dont je suis redevable de quelque service rendu.

Il hésita, puis ajouta, presque dans un murmure:

- J'espère pouvoir un jour recréer le parfum de Maman, à vrai dire.

Il rougit, Beren, de s’être un peu laissé emporter, et reprend, confus, se passant la main dans les cheveux :

- Et je viens tout juste de m’inscrire chez les Dragons, pour la session de janvier 1460, car le droit m’intéresse particulièrement. Enfin… J’attends que l’on me dise si mon casier judiciaire en Champagne pose problème ou non.

Bravo, Beren ! Parler de ton casier judiciaire en pleine première entrevue sérieuse avec ton Tuteur, grandiose idée !


Dernière édition par Elfry le Ven 28 Oct 2011 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Jeu 27 Oct 2011 - 23:55

Ravie, absolument ravie et carrément contente d'elle ! Voilà l'état d'esprit de la petite fêlée, alors qu'elle trônait sur les genoux de tonton. D'ailleurs, elle ne se privait pas d'afficher ouvertement sa bonne humeur ; son fin visage fièrement levé, son regard pétillant accompagné d'un large sourire rayonnant.
C'est qu'elle n'avait jamais eu la victoire modeste, la petite fiole. Elle souligna même son avantage en plongeant ses prunelles émeraudes dans celle de son aîné, qui palissait tant qu'il menaçait de devenir transparent.

Et elle ne se priva pas de profiter de sa position confortable et de remercier son tonton avec force sourires et manifestations de joie, totalement enfantines. Il lui plaisait beaucoup ce tonton, surtout quand il demanda qu'on apporte des gourmandises !

Elle savourait la présence d'un homme, ce petit moment de réconfort "paternel", cette chaleur humaine si particulière dont elle avait tant manquée.
Elfry avait toujours été choyée et couvée par ses ainés, elle ne manquait pas d'amour de leur part. Mais il lui avait toujours manqué un papa, son papa, qu'elle n'avait guère connu et qu'elle avait tant idéalisé, une présence masculine... bien qu'elle ait des frères ainés, ce n'était pas pareil. Son tonton, son tuteur, par contre, représentait cette autorité paternelle à ses yeux. Et comme il ne semblait pas indisposer par son exubérance, elle comptait savourer ce petit moment.

Aussi quand Beren lui présenta une chaise, elle lui signifia son refus en le foudroyant du regard. Décidément, il ne comprenait jamais rien et croyant bien faire, il faisait tout de travers ! Elle éluda donc le problème en marmonnant à l'intention de son frère :

Merci d'avoir pensé à Cally pour une fois !

Elle fut sage, elle écouta pieusement les paroles de son nouveau héros et celles de Beren. Un voile de tristesse dissimula temporairement son air victorieux lorsque Beren évoqua maman. Comme elle lui manquait, comme il était cruel d'avoir grandi sans papa et depuis d'avoir du apprendre à vivre sans maman. Parfois dans son arbre à secrets, la petite fiole s'emportait contre maman, elle lui criait son chagrin, elle lui reprochait de l'avoir abandonnée, de ne pas l'avoir emmenée avec elle. Et puis elle lui pardonnait en séchant ses larmes, jusqu'à la prochaine fois.

Elle décida subitement de venir en aide à son frère, elle aimait le taquiner, à la limite de la torture mentale parfois, mais c'était un privilège réservé. Elle n'aimait pas qu'il souffre, ni même qu'il soit malheureux quand ce n'était pas elle qui l'avait décidé par jeu.
Aussi suite à son discours sur ses déboires en Champagne, elle avança son cou fin vers le nez de son tonton et ajouta :


Oui Beren créé de belles eluve... effleuve... fragrances ! Sentez là ! Comme je sens tout bon dans votre nez !

Et la petite fêlée désigna de son index son cou, en-dessous de l'oreille, là où elle avait posé quelques gouttes du mélange offert par Beren.


Et c'est vrai qu'il s'y connait en dragons, il les chasse souvent avec moi... même si je suis plus forte que lui dans ce domaine !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callypso
Amie imaginaire
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Lun 31 Oct 2011 - 21:11

Une amie imaginaire, c'est comme un deuxième morceau d'âme. C'est visible seulement de celui à qui il appartient. C'est précieux comme un sourire. Il est votre miroir et la transposition de tous vos sentiments. Il ne vous embêtera pas si vous n'en avez pas envie. Il ne se moquera pas si vous n'êtes pas inconsciemment prêt à le supporter. Il peut parfois être votre opposé, mais parfois aussi votre altérité. C'est un phénomène complexe et magique, qu'on ne peut appréhender seulement si ça nous arrive. C'est pour cela que parfois, les grandes personnes ne pigent pas.
Ils font semblant mais ça marche pas.
Et c'est parfois plus cruel, que de ne rien faire, que de croire tout simplement.
Parce qu'ils se trahissent, et indique par là que c'est simplement une inventions imaginaires et fantasques, sans réelle consistance ou présence, modulable à tout va, transformable... comme si c'était l'esprit d'une contradiction, ou d'un phénomène pour embêter les autres.
Mais non... l'ami imaginaire apparaît bien pour de vrai.
Comme une petite étoile, il vient sur vous veiller.
Et si il est là, ne vous détrompez pas... c'est que consciemment ou pas, vous l'avez appelez.

Alors Cally, assis sagement sur la banquette de la calèche, fait balancer ses jambes dans le vide. Elle ne parle qu'avec les yeux et sourit tout bêtement, les mirettes brillantes d'excitation, du petit jeu que les deux soeurs font subir à leur frangin. Elle aussi elle sait! Mais elle ne dira rien de ce secret. Elle a promis.
Elfry lui a fait jurer, et même cracher par terre.
Croix d'bois croix d'fer, si j'm'en j'vais au placard.

Cally n'aimait pas le noir. Donc elle n'aimait pas le placard. En plus y'avait des araignées énormes, dignes des pires cauchemars. Elle avait alors rien répété.
Aussi, une fois arrivée, elle salua le grand oncle, celui qu'était le préféré d'son amie.
En revanche, lui, manquait de politesse, il n'eu même pas un regard pour la p'tite rousse, et personne ne prit peine de la présenter!

C'est donc un peu boudeuse qu'elle suivit le troupeau de fioles, traînant les pieds, un peu vexée.
Et encore une fois, on fut sur le point de l'oublier! Un peu plus et Beren allait l'écraser. Nan mais on croirait rêver.. !
C était quoi c'te famille de malpolis!
Plissant sa jupe d'un air bougon, elle regarda Elfry qui crânait fièrement, du haut de son perchoir.
Au moins elle, elle était heureuse, et au moins elle, elle pensait à elle!

A l'arrivée du goûter, son sourire s'étira! Enfin un truc qui la rendait heureuse! Piochant la première dans l'assiette, elle attrapa quelques sucreries aux fruits, et les enfourna aussi sec dans sa bouche gourmande. Smouach smouach.. c'est que ça colle ces trucs là! Discrètement, elle accumula alors les pâtes de fruits, pour en faire un beau dragon. Les tons rosés lui donnait une allure étincelante, et en en mâchouillant quelques unes, elle arrivait à les déformer suffisamment pour pouvoir faire la tête, la queue, et les pattes. Ainsi pendant que Mademoiselle parlait de ses animaux mythiques, Callypso s'appliquer à illustrer les propos...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 14:56

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lara_von_dumb a écrit:
Certes elle avait bien des demeures aujourd’hui. Si l’on comptait sa maison doloise qu’elle réservait au couchage de ses serviteurs, mais qu'elle pourrait si c’était son désir reprendre pleinement à son usage, son appartement pour ses affaires plutôt « privées », et dont elle voulait éviter qu’elles en vinrent aux oreilles de son père, son hôtel particulier lorsqu’elle avait l’humeur politique, ses châteaux en temps normal et la cabine de ses navires pour ses voyages. Elle avait de multiples endroits pour dormir. Mais il lui fallait une fois par mois revenir au fief familial et ce toujours dans l’espoir d’entendre un jour la grande nouvelle… Celle du retour de sa tendre moitié, son frère bien aimé. Il faut dire que cela faisait dix ans maintenant. Dix ans que son ignoble père avait arraché les jumeaux l’un à l’autre et qu’elle n’avait plus vu le seul de cette famille qui ne soit pas généralement déplaisant. Le but était honorable à l’origine faire quitter à l’héritier la proximité d’une sœur qui avait fort mauvaise influence sur lui et le poussait aux bêtises et à tout autres jeux de la jeunesse qui n’avaient pas la noblesse de l’immobilisme, du silence et de l’obéissance que l’on pouvait souhaiter de la part d’enfants nobles. Si Lara s’en était revenue souvent à Villersexel, et y vivait pleinement depuis quelques années, Loic où qu’il ai été envoyé ne parut plus jamais. Dans les plus sombres heures elle en venait à la conséquence qu’on lui cachait la sombre vérité, un décès qui l’aurait détruite, mais elle savait bien la vérité la plupart du temps, elle le sentait, il vivait, et il ne faisait aucun doute que s’il avait été mort elle l’aurait ressenti au tréfonds de son âme, et l’espoir demeurait de le voir bientôt rentrer….

A peine eu t’elle posée le pied dans le castel, qu’on lui signala que son père recevait un jeune homme, et de sa famille semblait-il, le serviteur n’aurait su dire son nom, à priori il n’y était pas venu depuis son très jeune âge, ce n’était pas l’un de ses multiples cousins archi connus par l’ensemble de la maisonnée, la maitresse de maison était d’ailleurs recherchée probablement pour le lui présenter. Ni une ni deux la vicomtesse s’empara de ses jupons, les soulevant assez pour laisser apparaitre ses chevilles et se moquant de cette atteinte à la pudeur, elle détala en courant dans la direction qui lui avait été indiquée. La course lui sembla bien rapide, l’air frais la gardant pleine de vigueur, et lorsqu’enfin dans un dernier couloir elle ralentit celle-ci, elle pénétra dans la pièce avec force d’espérance, voir même de joie. Son regard resta tel lorsqu’elle avisa Idril, un sourire s’épanouissant même sur ses lèvres à son intention, il virevolta vers son père et la jeune inconnue, pour se poser sur le jeune homme et… S’assombrir significativement. Le sourire disparu, laissant la place un instant à la souffrance de la déception de voir icelieu un homme qui l’avait toujours méprisée et insultée, alors qu'elle avait espéré la présence bénie d'un homme des plus merveilleux. Instinctivement de le voir là, se rappela à sa mémoire Raoul. Et c’est avec un sourire moqueur qu’elle observa son père, étrangement convaincue que pour tant de cérémonie, il devait vouloir se débarrasser de la seigneurie qu'elle lui avait rendu, ou autre hérésie du genre...


Il parait que c'est ici qu'on s'amuse, le bon jour mon père, mes charmantes cousines...

Après une seconde d'hésitation, elle sembla décider qu'une femme de son rang se devait de faire preuve de politesse même si elle recevait mépris en retour, elle ajouta donc le nom du jeune homme aux salutations, mais pas le lien familial, il était impensable de consentir d'une façon ou d'une autre de se lier un minimum à cette personne s'il était le même que celui qu'elle avait connu à Dole.

Beren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 14:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Il est de ces instants où l'on se sent si mal à l'aise que l'on se dit que l'on ne pourrait se sentir plus gêné encore. Et généralement, dans ces moments-là, quelque chose de pire survient. Et quelque chose de pire survint, évidemment : Lara fit son entrée.

Comment décrire l'instant précis où Beren vit entrer celle qui, hasard malheureux du sang et du lignage, faisait partie de sa famille - on ne choisit pas, paraît-il -, cela est en effet des plus difficile. Le sourire que le jeune Fiole commençait à sentir se présenter à ses lèvres, notamment grâce à Elfry, qui avait complimenté son habileté à faire se marier les fragrances, s'effaça, pour laisser place à un regard d'abord indifférent, puis quelque peu amusé. A l'évidence, la rencontre était désagréable à ces deux-là, ce qui était, somme toute, leur seul point commun. L'ironie en elle-même était comique.

Il se leva poliment - satanée éducation -, mais ne s'inclina pas ; tout au plus pencha-t-il très légèrement la tête, pour la saluer, et respecter à la fois les convenances, et les leçons de sa tendre maman.

Il feignit d'abord un sourire, prononça du bout des lèvres un
"Lara." lapidaire, et puis... et puis, il sourit franchement, et sembla chercher quelque chose du regard :

- Oh, n'avez-vous pas amené avec vous le portier à qui vous avez ordonné de jeter ma soeur en dehors de la taverne municipale de Dôle, sans ménagement ? Ou vous contenterez-vous uniquement de vous montrer aussi insultante et méprisante que la fois dernière, toujours dans la capitale ?

Il rit, moqueur, particulièrement méprisant, et ajouta :

- J'espère que vous n'allez pas nous ressortir cette aberration, souvenez-vous... Lorsque vous nous avez accusés, Idril et moi, d'inceste, en public, alors que je la soutenais de mes bras, après que vous l'eussiez fait jeter au dehors, par cette vilainie qui vous avez osé appeler "plaisanterie" ? J'ose gager que cette accusation ignoble et indigne de votre rang vous sera sortie de la tête, ou bien devrais-je demander à Sa Grandeur de nous exposer son avis sur la question ? J'ose d'ailleurs croire que le fait qu'il tienne ma soeur cadette sur ses genoux ne vous fera pas songer à de si sombres idées.

Il se rassit, et poursuivit :

- Oh, au fait... J'ai appris que vous n'étiez plus maire de la capitale ; est-ce un choix personnel, ou bien les Dôlois ont-ils enfin entendu raison ? Je vous avoue avoir été surpris que vous ayez pu abandonner de vous-même ce semblant de petit pouvoir qui vous rendait si sournoise. Voyez-vous, c'est à votre attitude que l'on reconnaît les petits : ils profitent de leur influence ou de leur "autorité", appelons-la comme vous le voulez, en agissant de manière puérile. Grâce à vous, j'ai un parfait exemple pour illustrer cette théorie auprès de mes ami(e)s.

Il la méprisait, oui. Il la détestait, oui. Quoiqu'encore lui inspirât-elle plus de dégoût qu'autre chose. L'avoir accusé d'inceste pour se défendre d'avoir jeté Idril dehors, c'était l'apanage d'une moins que rien. Et Beren ne lui pardonnerait pas cet écart-là. Si peste soit-elle. Après tout, pour un homme si doux et avenant que Beren, être si incisif, ce n'était que réponse au fiel et à la méchanceté de celle qui était peut-être la seule personne au monde avec qui il ne s'entendait pas. Il se souvint de cette jeune femme qui avait ri de lui, accompagnée de ses amis/sbires en taverne, comme il se présentait devant elle... Avant d'avoir été banni de taverne municipale, évidemment, comme il protestait - quoique poliment - à l'éviction de sa jumelle du lieu tenu par la maire de l'époque. Ah, oui, on ne choisit pas sa famille. Mais on choisit, ou non, de la cotoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 14:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lara_von_dumb a écrit:
Le sourire de la jeune femme s’agrandit considérablement abandonnant l’air moqueur pour un rire clair et joyeux. Lorsque l’on était Sparte c’était la première leçon à apprendre, car la jalousie valait des insultes à chacun de leur famille dès la prime jeunesse, on apprenait à rire du ridicule des personnes de rien qui s’acharnaient à tord, c’était sur des attaques du genre qu’elle s’était vue obligée d’abandonner sa joie de vivre, de devenir une jeune femme sans aucun cœur, totalement sarcastique.

Je suis venue ici pour découvrir le nouveau caprice paternel vous concernant. Si c’est celui auquel je pense, vous ne vous rendez pas service vous savez. Vous auriez pu vous contenter d’un simple Lara qui est déjà une preuve de votre peu d’éducation concernant les manières à adapter en présence de nobles.

J’accepte et ce pour la dernière fois d’évoquer votre ridicule concernant cette situation, mais j’espère qu’un jour l’intellect vous éclairera et que vous abandonnerez une rancune déplacée et ridicule. Sachez que j’apprécie Idril, j’ai déjà présenté nombre de fois mon remord pour avoir froissé votre susceptibilité déplacée, mais il est à noter qu’Idril ne m’en a jamais voulu un instant, tout ce qui la chagrinait dans l’histoire était votre insistance à m’insulter, là où elle aurait voulu une harmonie familiale. Si vous étiez un frère aimant, vous n’essaieriez pas à tout prix de démolir l’entente entre celle-ci et les membres de sa famille. Quand à l'attitude de votre soeur sur les genoux de mon père et la votre à l'époque, elle diffère totalement, et aucune comparaison ne pourrait se faire.

Quand à votre dernier point de curiosité, j’ai abandonné la mairie de Dole pour le conseil comtal, mon mandat de Franc Comtesse s’est terminé il y a quelques jours en effet, et si réellement mes occupations vous passionnent sachez que je me voue désormais à la navigation. Quand à mes serviteurs, j’ai renouvelé ma maisonnée, je n’en avais pas assez pour gérer une vicomté, une de vos charmantes cousines s’en vient de rentrer à mon service à la charge de dame de compagnie : Angel. Vous pourrez surement lui demander à elle son avis sur mon attitude, mais elle ne semble pas lui déplaire.

Mais concernant vos amis sont ce toujours les mêmes ? Car vous avez oublié de préciser que ce qui vous posait réellement problème lors de mon mandat de maire, était que je voulais le départ de la meute de brigands que vous protégiez…


Sourcil qui se hausse, sourire au beau fixe.

Allez je pense que mon cher père n'apprécierait pas que je vous ridiculise plus, s'il veut garder l'illusion que vous êtes un bon garçon, je vous conseille d'ignorer ma présence et de lui redonner votre attention.

La jeune Dumb alla donc elle aussi s'asseoir dans un coin, bien décidée à se faire ignorer pour connaitre le fin mot concernant le caprice paternel, l'autre ne pourrait pas poursuivre durablement ses insultes en l'absence de réponse, et même si ça fâchait son père, elle avait abandonné depuis des mois l'espoir d'obtenir son affection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 15:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Ah bah non, elle n’avait pas changé. Etait-ce vraiment étonnant ? Pas vraiment. Eut-il pu lire ses pensées qu’il aurait trouvé ridicule de se cacher derrière une excuse aussi pitoyable que la dureté de l’appartenance à une famille célèbre, mais enfin, cela, il ne le pouvait pas. Pas plus que son absence de magie ne lui permisse de savoir qu’elle songeait à de la jalousie. D’ailleurs, cela l’aurait fait rire, Beren jaloux, c’était assez drôle à imaginer.

La première phrase le fit réagir ; n’avait-elle pas honte ? A l’évidence non, puisqu’elle continua sur la même note, la différence étant qu’il ne répondit que sur un point précis, une touche particulièrement condescendante dans la voix :


- Lara. Comment pouvez-vous réclamer le respect dû à votre rang, quand vous vous permettez de parler ainsi de votre père, alors que vous vous êtes présentée dans une entrevue privée, comme une sans-gêne ? Ne me parlez donc pas d’éducation ou de manières ; j’ai perdu mon Père il y a des années de cela, et jamais je ne me serais permis de m’adresser à lui de la sorte, à la troisième personne quand il eut été présent, et avec tant de mépris pour parler de « caprice ». Je crois qu’il n’y a que vous ici à ne pas vous rendre compte que vous êtes l’enfant, et non le parent. On retrouve une constance puérile, en tout cas ; c’est assez intéressant d’étudier vos propos.

Il haussa simplement les épaules à ses menaces, pas impressionné le moins du monde. Elle poursuivit, aussi l’écouta-t-il, curieux de ce qu’elle pourrait encore démontrer de son fiel, puis répondit encore, à sa nouvelle pause :

- Concernant ce que vous appelez ma « susceptibilité déplacée et ridicule », c’est une nouvelle fois intéressant. Devrais-je vous expliquer ce qu’est une famille, et ce qu’est une réaction normale de la part de celle-ci face à l’attaque de l’un de ses membres ? A l’évidence, vous ne vous tenez tellement pas à votre place de fille, qu’il me semble vain de tenter de vous expliciter ces points, je crois que je perdrais mon temps. Par contre, je suis surpris des propos que vous faites tenir à ma sœur jumelle, dont l’avis diffèrera sûrement ; après tout, c’est en la défendant que je me suis attiré votre courroux ridicule.

Il se prit à éclater de rire, et poursuivit :

- Démolir ma famille, que c’est drôle ! Vous manquez de respect à votre père sous son toit, vous malmenez ma sœur aînée en taverne, vous refusez dans un premier temps de reconnaître ma jeune sœur comme étant une cousine car elle ne porte pas le patronyme de Sparte, et vous l’incluez maintenant dans ce terme, pour mieux la différencier de moi. Que vous êtes drôle, Lara !

Il ignora l’histoire sur sa carrière politique, non pas que cela fut vraiment volontaire, mais elle commençait à le lasser. A l’écouter, il songea à son futur baptême ; être témoin d’un tel comportement le confortait dans son aristotélisme : il faut prendre à pitié les gens de cet acabit. Finalement, c’est l’allusion à ses amis qui le fit sortir de ses pensées, et de répondre :

- Lara, Lara, Lara… Vous parlez encore une fois sans rien savoir, je compatis réellement à votre peine. Faut-il que vous soyez bien seule et que vous n'entendiez rien aux affaires d’amitié, pour tenir un tel discours. Que vous accusiez mes amis d’être brigands me surprend au plus haut point : ceux-là n’ont jamais eu de casier judiciaire en Franche-Comté ; je viens d’achever un long voyage sous leur escorte, afin que j’établisse nombre recherches scientifiques en toute sécurité, et je n’ai été témoin d’aucune exaction de ce genre. Grand Dieu, auriez-vous consommé quelque tisane mal préparée, ou bien vous essayez-vous à la sorcellerie ? Dans tous les cas, c’est un échec, vous devriez concentrer votre attention sur votre façon de vous ridiculiser vous-même en public, car je ne vois pas en quoi vous m’auriez tourné en ridicule. Vous avez surtout confirmé votre attitude de toujours.

Il la regarda aller s’asseoir, et sourit : elle était beaucoup moins désagréable lorsqu’elle tenait une place muette, ici, elle était une tapisserie-potiche de plus. Il se désintéressa d’elle, et se tourna à nouveau vers son Tuteur :

- Que voudriez-vous savoir de plus, Votre Grandeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 15:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Idril a écrit:
Idril écoutait sagement la discussion entre son parrain et son frère, observant le visage souriant de sa cadette.
Comme tous les enfants, Idril avait été bien contente d'avoir sa mère juste pour elle et ses frères et sœur, sans la partager avec un autre, mais à voir la rouquine elle comprit que leurs comportements à tous avaient été égoïste. Si leur mère ne les avait pas fait passer en priorité dans sa vie, la Fiole Sparté était quasi sûre qu'Elfry aurait eu depuis longtemps une figure paternel dans son entourage proche... Tout comme Prosper, Beren et elle.
Bien qu'ils n'en parlent que rarement entre eux, la brune savait que comme pour elle, l'absence de leur père avait été et était encore une plaie dans leurs cœurs et leurs âmes.

Soupirant, elle attrapa une des pâtisserie qui avait été apporté.
Au moment ou elle mordait dedans, la porte s'ouvrit, laissant entrer Lara.
Les yeux verts passèrent aussitôt de sa cousine à son jumeau et inversement. Elle connaissait l'antipathie qui existait entre les deux et sa bouchée eu un peu de mal à passer et elle pria rapidement Aristote que tout ce passe bien.

Ayant reçue une bonne éducation, croisé entre celle bourgeoise de la famille paternelle et celle bien plus noble de la famille de sa mère, Idril adressa un sourire à Lara et la salua.


Le bon jour à vous ma cousine.

Son sourire se fana en entendant le lapidaire "Beren" pour saluer son jumeau alors qu'Elfry était incluse dans le "charmantes cousines". La brune avait vraiment du mal à suivre la blonde von Dumb. Mais il est vrai qu'Elfry vivait à Dôle, tout comme Prosper chargé de veiller sur leur cadette, aussi peut-être que la rouquine avait rencontré leur cousine et tissé des liens sans que la brune ne le sache. Revenant d'un voyage de plusieurs semaines, elle n'avait eu le temps de discuter avec sa jeune soeur, chose qu'elle se promit de faire au plus tôt.

La roudouillarde Sparte Fiolé fût sortit de ses pensées par les "doux" échanges entre Lara et Beren.
Aristote n'était point avec elle, et c'est un regard désespérée qu'elle lança à son parrain.

Ici elle n'était point chez elle et ne pouvait intervenir comme bon lui semblait.
Sa pâtisserie à peine entamée reposait devant elle dans la petite assiette, la bouchée qu'elle avait avalée lui avait laissé un gout de cendre dans la bouche.

Cette entrevue qui devait être une surprise pour son frère tournait au règlement de compte entre celui-ci et la fille du Comte.
Si celui-ci n'intervenait pas prochainement, Idril sentait venir une catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 15:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Goclad a écrit:
Tout doucement, un climat de confiance s'installait dans la pièce, les questions du Comte n’avaient que pour but de détendre l'atmosphère mais surtout le jeune Beren. Dans sa voix, on pouvait entendre de la peur mais pourquoi? Il est vrai que les deux ne se connaissaient que très peu mais si la réunion dans cette pièce avait pour but de terroriser la fiole voir la punir, il y a bien longtemps que ceci aurait été fait et le ton employé n'aurait pas été le même non plus. Clad ne dit aucun mot pour laisser le garçon s'exprimer, le passage sur les étoiles l'intéressait fortement, peut-être pourrait-il préciser une date à quand son adorable et tendre épouse Lysiane allait mettre au monde leur enfant.
Mais ce qui l'amusa le plus dans tout ça, c'est la petite rousse qui essayait d'aider son frère dans cette entrevue conviviale mais néanmoins importante lorsque le sujet principale serait abordé.
Alors le Dumb se prit au jeu de la petite fille et déposa son nez sur son cou pour ressentir ce parfum doux et agréable, comme quoi la science est capable du meilleur même si parfois elle est capable du pire.

Alors qu'il s’apprêtait à poser d'avantage de question surtout sur cette drôle histoire de dragon dont Elfry semblait fière, le Vicomte de Villersexel n'eut pas le temps de sortir le moindre son sa bouche lorsqu'il vit avec stupéfaction sa fille entrer dans son bureau privée sans la moindre gêne alors que les ordres donnés à ses gardes étaient pourtant clair! Que personne ne vienne déranger cette conversation sans autorisation.
Il y avait semble t-il de l'orage dans l'air, quoique là, ce n'était plus de l'orage mais plutôt une véritable tempête qui commençait à s’abattre sur le Domaine. Des joutes verbales entre Beren et Lara, on aurait cru être en plein agora lors des débats ou plutôt les querelles entre Comtois.
La situation se dégradait de plus en plus, l'histoire entre les deux ne l'intéressait pas du tout et par respect pour les deux fioles innocentes qui tout comme lui, assistaient à ce triste spectacle, Goclad allait en mettre un terme.
Il déposa la petite rousse à terre avant de se lever, les sourcils froncés, une profonde inspiration avant de lâcher un fort et précis
STOOOPPP!!!!!!!
Sans aucun doute, les vitres durent trembler sous ce cri et tout le personnel du Château dû l'entendre. Le vase venait de déborder voir se casser.

Je ne veux plus vous entendre tout les deux jusqu'à nouvel ordre. Vous êtes ici chez moi! Et je ne tolérerai aucun manque de respect ici dans ma demeure.
Beren, je n'aime point qu'on alimente le feu ici, quelques soit vos problèmes avec ma fille, elle n'a rien fait pour l'instant, il est donc inutile de décharger votre haine devant moi. Je m'occupe de l'éducation de Lara, pas vous donc ça suffit.
Lara, tu n'as rien à faire ici et que ce soit la dernière fois que tu te permettes d'entrer ici dans mon bureau privé sans que je ne te l'autorise, tu n'es pas dans ton domaine mais dans le mien.
Quand à ce respect que l'on doit au noble, commence par en faire de même avant de donner la leçon. Je ne sais pas ce qui se passe mon soleil mais toi et moi, nous allons aussi avoir une discussion entre père et fille et ce, juste après celle-ci alors ne quitte pas Villersexel de suite.
En attendant, sort immédiatement de cette pièce avant que ma patience n'atteint sa limite que je commette un geste que je regretterai ensuite.
Maintenant!


Son visage se tourna vers le jeune homme toujours avec les traits du visage ferme.

Asseyez-vous immédiatement Beren et parlez-moi de cette histoire de brigand.

Ses yeux se braquèrent sur sa fille, elle le décevait de plus en plus, que fallait-il faire pour retrouver son petit monstre adorée qui venait sur ses genoux pour un moment d'affection comme il y a quelques minutes avec la petite Elfry? Peut-être était-il trop gentil avec elle? Qui sait, à cet instant, il commençait sérieusement à s'agacer de ce comportement déplorable sous lequel la Sparte avait adopté pour devenir une jeune femme.
Il attendit qu'elle sorte de ses appartements avant de reprendre la discussion.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 15:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lara_von_dumb a écrit:
Autant les nioleries de Beren ne lui firent pas d’effet. Elle en était venue à la conclusion qu’il était perdu d’office. Autant la réponse de son père lui tira un sourire. C’était ce qu’elle était devenue, la souffrance, la colère, la lassitude lui tiraient l’apparence de la joie, le bonheur s’exprimait sous forme de sarcasmes. En tout temps ça avait été son choix, jamais elle, elle était indigne d'intérêt, pouvait se défendre seule, pouvait tout faire seule de toute façon, il ne lui avait jamais offert que des sarcasmes en réponses des siens propres ou de marques d'affections.

La jeune femme s’inclina en direction du Dumb, pas par parodie de respect, elle abandonnait les armes, le monstre cessait de tourmenter sa victime. Et puis ce fut la seconde la plus longue d'une vie, ou un corps en apparence impassible passe par la souffrance, la haine, et toutes ces émotions d'une force ravageuse, moment où l'on pourrait envoyer valser l'ensemble d'une pièce, frapper, hurler, pleurer, faire preuve de la plus parfaite hystérie, c'était après tout une maladie purement féminine, il n'y avait rien de mieux à attendre d'une gamine. Et pourtant il n'y avait plus d'âme d'enfant en elle, elle avait appris à tout maîtriser, ses émotions étaient un fardeau intérieur, mais pouvaient être totalement censurées extérieurement, et ce fut ce qu'elle décida, de garder cette trahison pour elle. Elle le connaissait parfaitement, comme si elle l'avait fait, pourtant c'était à priori le contraire. Elle savait ce qu'elle en tirerait, peut être de la colère sur le coup, et puis ça serait oublié dans un ou deux jours, tout au mieux il serait indifférent de cette rupture, au pire pour un coeur de fille, il serait soulagé, comme il l'avait été de la mort de sa mère... Mais ça n'avait déjà plus d'importance, c'est comme une dague qui plonge en plein coeur, après c'est fini, elle n'avait pas la folie affective de sa mère, elle aimait fort peu, et était plus prompte à retirer son affection qu'à laisser la souffrance s'installer, un coeur sain était animé par nulle autre fonction que celle de pomper le sang, elle s'en souviendrait dorénavant.


Bien votre Grandeur, je ne vous dérangerais plus. Je vous libère du besoin d'une conversation par la suite ni aujourd'hui, ni jamais.

Talons qui se tournent, main qui arrache prestement le collier qui retenait autour de son cou une bague aux armoiries familiales, l'abandonnant sur un guéridon à coté de la porte, qu'importe si la peau s'entaille, qu'importe si elle offre à un misérable la satisfaction d'avoir détruit un tel lien. Elle disparu de la pièce aussitôt et quelques minutes plus tard du château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Mar 1 Nov 2011 - 15:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Silence. Goclad s’est levé, a crié, impressionnant d’autorité. Impressionnant, oui, parce que c’est la première fois que Beren voit un homme se mettre en colère, lui qui a toujours été entouré de femmes. Oh, bien sûr, Maman criait, parfois, quand lui ou ses frères et sœurs étaient chapardeurs, mais alors… Oui, mais alors le jeune Fiole, pour se faire pardonner, allait cueillir un petit bouton de rose, dans le jardin, ou bien, l’hiver, quand les fleurs avaient choisi de partir en voyage Dieu sait où jusqu’au printemps, il faisait un petit dessin maladroit, et le lui amenait, tout penaud. Il ajoutait à quel point il l’aimait, et combien il était désolé de l’avoir importunée, responsable qu’il était de l’avoir fâchée. Cela se terminait invariablement par un câlin tout doux, et, souvent, par une partie de chatouilles. Et puis, le soir, comme régulièrement, Maman leur parlait de Papa…

Son Papa qui quant à lui, était décédé trop tôt pour que Beren eut le moindre souvenir d’avoir été grondé par lui ; jamais, à son bon souvenir, ne l’avait-il entendu crier ou se mettre en colère. C’est donc, avec Goclad, la première figure paternelle qu’il voit se mettre en colère, et par sa faute. Car Sa Grandeur, depuis le début de cette entrevue, lui apparaissait comme le père qu’il n’avait pas assez connu. L’homme dégageait un charisme, une aura, une douceur et une tendresse toute paternelle ; c’est cela plus que n’importe quoi qui mettait Beren mal à l’aise. C’est la conscience qu’il avait en face de lui le père qu’il voudrait lui-même être un jour, et l’envie de se réfugier contre lui, de sentir sa main se poser sur son épaule, comme un père le ferait à son fils, qui le faisait garder une certaine retenue. De quoi aurait-il eu l’air s’il avait cédé à son envie de redevenir un enfant, pour pouvoir proposer à Goclad une partie de pêche au bord de l’eau, un cours de maniement des armes, ou bien encore pouvoir poser toutes ces questions qui le brûlaient et qu’il ne pouvait adresser à son Tuteur, le parrain de maman qu’il n’avait pas vu depuis de si longues années et qui, selon son propre aveu, ne l’aurait pas reconnu s’il l’avait croisé dans la rue ?

Le jeune Ebrêché l’avait assurément déçu, et c’est déçu de sa propre attitude que Beren baissa la tête et resta assis, comme il l’était depuis un moment, et s’adressa à l’adulte :


- Votre Grandeur, je vous prie d’accepter mes plus humbles excuses, mon attitude fut tout-à-fait inappropriée, et je n’aurais pas dû me laisser aller à me montrer si incorrect. Ce ne sont pas là mes habitudes, et je n’ai certainement pas été élevé de la sorte. J’ai conscience d’être inexcusable.

Il inspira, et regarda son tuteur dans les yeux. Non pas qu’il y ait eu là le moindre défi, mais il était on ne peut plus sincère, et il voulait insister sur ce qui allait suivre :

- Il n’y a jamais eu de brigands. J’ai un groupe d’amis, qui ne sont pas de la noblesse, et sont mes égaux socialement. Je les ai rencontrés à Dôle. Ils n’ont aucun casier judiciaire, où que cela soit, et jamais je ne les ai vus transgresser la moindre loi, ou être irrespectueux envers la noblesse, bien au contraire. Jamais, depuis que je les connais, n’ont-ils été en procès, et je crois qu’ils ont eu, comme moi, un procès en Champagne, pour une lance illégale, alors qu’un ami à eux était au monastère pour se recueillir. Un problème administratif, somme toute, rien de plus. Ils m’ont accueilli à bras ouverts en amitié, quand votre fille nous a agressés, Idril et moi, en taverne municipale. Ils ne m’ont jamais jugé, jamais trouvé bizarre, et m’ont à la fois écouté et escorté pendant un voyage que je faisais pour recueillir des traités d’astronomie. Votre fille s’est mis dans la tête qu’ils étaient malhonnêtes ; j’ai même entendu parler de rumeurs que l’on faisait courir sur moi. On me dit « proche des Hydres », je n’en connais pas un, et jamais ô grand jamais ne ferai-je ami-ami avec les membres d’une organisation qui a menacé de mort feue ma mère alors qu’elle portait Elfry en son sein depuis huit mois. Ces rumeurs sont à la fois stupides et infondées. Je m’insurge quant à de telles accusations mensongères, et je porterai plainte pour diffamation contre chaque personne qui osera tenir devant moi de tels propos. Ils sont avec moi en Franche-Comté depuis mon retour, et il me semble que personne n’en aura entendu parler. Il est temps que ces accusations cessent, car elles jettent le déshonneur sur moi, et ainsi, sur ma famille.

Au moins, les choses étaient claires ; Beren avait joué carte sur table depuis le début de l'entretien. Il n'avait peut-être plus son Papa, mais son Tuteur, le jeune Fiole l'espérait paternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Un long silence avait suivi sa tirade. Un très long silence. Un trop long silence. Timidement, Beren se leva, s'inclina, et s'excusa de prendre congé.

- Je remercie Sa Grandeur de nous avoir reçus, la prie de bien vouloir recevoir mes sincères hommages, ainsi que de transmettre ces mêmes hommages à Madame Son Epouse.

Nouvelle inclinaison polie, et Beren de joindre les pieds, presque militairement, avant de se redresser, et de tendre le bras à ses deux soeurs, pour les accompagner jusqu'à la calèche qui les avaient tous trois menés au Palais de Villersexel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Citation :
C'était fait, elle avait choisie son chemin, celui de la désertion en quittant ainsi le Domaine alors qu'il lui avait demandé d'attendre et en jetant ce symbole familiale que représentait ce collier. Il soupira et baissa les yeux, il n'en pouvait plus de ce comportement de rebelle et de jalouse en permanence dès qu'il partageait un peu d'amour et de tendresse avec les autres. On pourrait se poser des questions comme à qui ressemble t-elle le plus? Gallena n'était point ainsi, Clad ne l'est pas alors se pourrait-il qu'elle soit...
Le Dumb préféra effacer cette idée de la tête, trop de tracas, trop de maux de tête pour en rajouter encore plus, si tout devait se finir ainsi avec Lara, alors qu'ainsi soit-il.
Il se retourna vers le jeune homme et écouta son histoire mais il resta sans voix, il ne doutait pas de la parole du jeune Beren, il était après tout le fils de Pégasine et de Hartasn, ils lui avait enseigné des valeurs, une éducation et Goclad ne doutait pas qu'il puisse seulement une fois, basculer dans le monde du brigandage, du crime.
Ce qui le gênait le plus, c'était comment se faire pardonner pour les propos de sa fille après cette intrusion et ses diffamations car des preuves, il n'y en avait pas.

Le long silence trouva les fioles et l'invité principal se préparait à lui faire ses adieux quand un son finit par sortir de la bouche de l'hôte.


Attend! Je tiens tout d'abord à te présenter mes excuses pour ce qui s'est passé, au nom de ma fille, c'était indigne d'une personne de sa stature de se comporter de la façon dont elle a fait, ce n'est pas tolérable et surtout sous mon toi. Ensuite, si je t'ai demandé de venir ici, ce n'est pas sans raison, je souhaitais te connaître un peu plus avant de prendre la décision.
Alors si tu es prêt à m'entendre, je t'expliquerai le pourquoi de ma lettre mais après ce qui s'est passé, je ne t'en voudrai pas de quitter le Domaine.
A toi de choisir Beren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Arrêté dans son geste, il sursauta presque au prime mot de son Tuteur. Ses bras retombèrent le long de son corps, et il regarda Sa Grandeur, l'air un peu idiot, mais surtout décontenancé. Peut-être allait-il le chasser, le renvoyer avec perte et fracas dans son laboratoire, ou pire, le faire mettre aux fers ? Le jeune Fiole n'eut pas le temps de paniquer davantage que le Vicomte poursuivait sa tirade.

Il ouvrit la bouche, et resta un moment coi, avant de s'avancer vers lui en secouant ses bras, comme pour arrêter une fuite, muni d'une serpillère, maladroitement, bredouillant à moitié :


- Ah non, non, non, non, non, Votre Grandeur, non, ne ... ne croyez pas pas cela, non, surtout pas ! Vous ne... Non, vraiment ! Votre fi... Elle, là, elle est d'une méchanceté sans bornes.

La voix se fit plus sûre :

- C'est profondément ancré en elle, Vous n'êtes pas responsable de ses actes, je Vous en prie, ne Vous sentez pas gêné par cela, elle a toujours été ainsi envers moi. Par contre, moi, je n'aurais pas dû être si agressif envers elle sous votre toit, c'est donc à moi de Vous présenter mes excuses.

Enfin, il baissa les yeux, penaud, et sa voix se fit moins audible :

- Je... Je croyais que Vous l'aviez crue, et que.. enfin, que je devais... que je devais rentrer à la maison... et puis... Enfin, si Vous voulez toujours me parler, bien sûr, je suis à Votre disposition, je... pardon.

Et il resta là, debout, trop grand, trop maigre, trop intimidé, mais surtout se sentant trop coupable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Goclad a écrit:
Il suffisait de le voir pour remarquer immédiatement l'innocence en lui, comment un jeune homme aussi facilement troublé par ses mots, aussi timide que lui pouvait être un brigand? Cette histoire resterait surement à jamais un mystère mais instinctivement, le Comte trouvait toutes ses accusations des plus absurdes. Il lui fit le geste de s'assoir de nouveau avant que sa prochaine et importante annonce ne le fasse tomber à la renverse.
D'un ton plus assuré, détendu, il lui répondit:


Bien, après une longue réflexion et en la mémoire de Feue Pégasine qui était ma filleule, j'ai décidé de faire de toi un homme à la fois responsable, ce qui est déjà le cas par ton attitude à protéger, surveiller tes soeurs et frère, mais aussi un homme d'honneur en défendant les terres pour lesquelle ta chère mère s'est battue il y a fort longtemps, la Franche-Comté. En tant que soldat, en tant que lieutenant et Capitaine si ma mémoire ne me joue pas des tours. Ainsi donc Beren, je décide de faire de toi mon vassal. Par ce rang, tu me jura respect, aide et conseil, par ce rang tu protégera comme il se doit ma famille mais aussi toute la FC. Par ce rang, tu devra faire honneur à tes parents mais aussi aux autres nobles en qualité de Seigneur.

Accepte-tu cette responsabilité? Es-tu prêt à devenir un homme et me servir jusqu'à la mort?


Ses yeux se posèrent sur sa pupille Idril qui était au courant depuis bien longtemps de son anoblissement, du moins si ce dernier l'acceptait, c'était un immense cadeau qui lui était fait mais aussi une lourde tâche derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:09

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Idril a écrit:
Depuis l'entrée de Lara dans le bureau, la brunette n'avait pas ouvert la bouche.
Il faut dire que le caractère entier de sa cousine avait toujours eu le don de la clouer plus ou moins sur place. Idril était du genre à rester dans l'ombre alors que la blonde était une fonceuse... mais là elle n'avait pas foncé mais défoncé...
Le silence de la Fiole Sparté était dû en grande partie à la stupeur des propos vifs échangés entre sa cousine et son jumeau. Elle avait été à deux doigts de se mettre à genoux et prier Aristote que la joute verbale ne se finisse pas en bain de sang.

Goclad était intervenu, Lara avait quitté le bureau, le silence avait prit place autour des occupants des lieux.

Un geste de Beren, un départ amorcé, un soupir retenu, Beren et Goclad qui reprennent le dialogue et enfin la raison de leur venue finit par être dévoilée.

A la question posé par son parrain à son jumeau, Idril ne peut s'empêcher de sourire doucement et hocher légèrement la tête envers le Comte. Elle savait que cette demande avait été mûrement réfléchit et n'était pas qu'un geste envers la mémoire de leur mère mais aussi le geste d'un tuteur envers son pupille.

Posant les yeux sur Beren, elle lui adressa un sourire encourageant et attendit sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beren H. de la F.Ebrêchée a écrit:
Il s’était assis à son geste d’invitation, et, force fut de constater que le Vicomte avait bien fait de lui donner pareille consigne : il blêmit aussitôt la proposition énoncée.
Il resta coi, interdit, un long moment, la bouche entrouverte de surprise, lui qui quelques instants plus tôt s’imaginait déjà mené aux geôles du château et y être enfermé jusqu’à ce qu’une longue barbe blanche descendant de ses joues ne traîne au sol, et qu’il se prenne les pieds dedans à chaque pas, déchirant par là-même un peu plus les haillons que seraient alors devenus ses vêtements.
Anobli, lui ? Le jeune homme timide, gaffeur, un peu trop rêveur ? Tenir une pareille responsabilité ? Et avec le départ à Toulouse… Le Vicomte ne devait pas encore en être informé, et accepter pareil offre sans en parler serait plus que simplement malvenu, mais également incorrect, et peu honnête.

Il tenta de parler, mais la voix lui manqua ; il toussota légèrement, pour reprendre contenance, et baissa la tête, respectueusement :


- Votre Grandeur, je tiens à Vous remercier de l’honneur que Vous me faîtes en m’offrant pareille opportunité. J’en suis honoré, et profondément touché, sincèrement. Ce… Cependant, il faut que Vous sachiez que l’on m’a offert de venir m’établir en Toulouse, afin d’y assurer la fonction de bâtonnier. Je pense que Vous devriez réfléchir aux difficultés que cela peut Vous poser, et Vous laisser, à Vous, le temps de la réflexion. Sachez, néanmoins, mon tendre Tuteur, que je Vous voue déjà admiration et respect, et que je me porte en tous temps disponible afin de Vous servir, quoiqu’il m’en coûte, car Vous êtes mon Tuteur, et le Parrain de feue ma Maman. Enfin, je ne vis que pour Vous faire honneur à tous, vous, êtres chers qui m’entourez, et que si après mûre réflexion, Vous considériez que cet anoblissement qui me flatte n’est peut-être pas judicieux, rien de cela ne disparaîtra.
Vous êtes, encore une fois, mon Tuteur, et moi votre obligé, à jamais. Simplement… Je crois que ne pas Vous parler de ce projet de départ ne serait pas franc, ni honnête, et les miens ne m’ont pas élevé de la sorte.


Le Vicomte avait tourné la tête vers Idril, et tous deux souriaient d’un air entendu ; il leur sourit, ainsi qu’à sa petite sœur : rien n’était plus important que d’être entouré des siens, et le simple fait de les connaître faisait déjà de lui un homme comblé, le Seigneur des frères et des pupilles, car nul autre ne se sentait aussi honoré que d’appartenir à leur cercle que lui à cet instant, alors que chacun souriait d'être en compagnie des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfry
La Fiolinette Azimutée
avatar

Messages : 537
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   Dim 12 Fév 2012 - 23:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Goclad a écrit:
C'est avec toute son attention que le Dumb écouta son protégé, une franchise qu'il admirait de sa part alors qu'il lui révélait son intention de déménager vers le Royaume de France afin de suivre une voie, la voie de la justice. Une noble cause qui démontrait encore une fois les bonnes intentions de ce jeune homme, effaçant ainsi toute possibilité de doute sur cette histoire de brigand.
Ce qu'il disait était assez juste, la distance pourrait en effet poser problème si jamais une levée de ban était annoncée, si jamais la Franche-Comté devait lancer une mobilisation face à une menace.
Après tout, depuis quelques mois, toutes les tensions ne semblaient mener que vers une chose, la guerre. Mais est-ce que tout ceci devait mettre en cause le dévouement pour la FC? Remettre en cause son anoblissement?


Je te remercie de me parler de ton projet, c'est très honnête de ta part de me tenir au courant de tes intentions. Néanmoins, en y réfléchissant bien, je ne vois pas où se trouve le problème car de toi à moi, je suis sûr que si je te demandais revenir pour défendre la Franche-Comté, en tant que vassal et en voyant ton amour pour la terre qui t'a vu naître, tu te déplacerai sans hésitation pour venir la défendre.
Ai-je tord?
Moi même j'ai beaucoup voyagé et je n'ai pu me rendre en FC pour participer à sa défense mais malgré cela, j'ai contribué à ma façon en donnant des conseils stratégiques, en mobilisant mes vassaux, en demandant de l'aide aux personnes que je connais. Tu vois, il y moult façon de contribuer à sa tâche de vassal, conseil, aide et service armée, ceci fait partie du serment d'un vassal envers son suzerain et du moment que tu es prêt à t'engager et à le respecter, je ne vois aucun inconvénient à t'anoblir malgré ton départ pour Toulouse.


Il le regarda dans les yeux avec sa détermination, Clad ne faisait que proposer une offre, c'était au final à Béren de prendre son destin en main et de choisir si oui ou non, il voyait en lui les qualités qui ferait de lui, un vrai seigneur prêt à défendre une juste cause.

A toi de choisir jeune Béren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Forum privé de Villersexel] Trois gouttes de Fiole dans la mer de Villersexel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lux Tenebrae
» Retour de brocante
» [RESOLU]Augmenter le niveau des navires
» Signature:comment mettre une image en spoiler?
» Evaluation #1 de Sélé-Blaze

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manoir de la Fiole :: DOMAINE FAMILIAL EN FRANCHE-COMTE :: Manoir de la Fiole :: Deuxième étage :: Bibliothèque-
Sauter vers: